• C8F - Le pastiche et la parodie

    Première goulée.

    Elle ne manque pas d’air. C’est là sa raison d’être. Les suivantes, moins amples, plus régulières, ne donnent qu’un sifflement cadencé, un train-train maîtrisé. Avant la dernière, il est temps d’arrêter si on ne veut pas trépasser. Mais la première goulée ! Goulée? Propulsé dans la goule¹, le mélange détendu s’insinue par l’embout, puis vient frapper la langue du plongeur assoiffé d’aventures. La luette, non moins épargnée , se balance d’avant en arrière, toute secouée par cette première giclée. Elle cristallise tous les désirs : nous délivrer du quotidien, de la routine, alors oui, c’est la jouissance dans le plaisir silencieux, la promesse d’une plongée dans les abîmes à en perdre…