• Rhétorique

    Discours contre l’invalide

    Mon embarras, citoyens du Conseil, n’est pas tant d’accuser devant vous celui qui se dit invalide — qui oserait s’attaquer à un vieillard impotent ? – mais de dévoiler à vos yeux effarés, l’usurpateur qui depuis des années a trompé votre confiance, détourné à son avantage l’obole qui a fait tant défaut à ceux qui le méritaient vraiment. Car, entendez bien, citoyens du Conseil, il n’y a pas de meilleur citoyen que celui qui vous parle en ce moment : jeune je le suis en effet, et encore pure de tous les forfaits qu’un homme dans un âge avancé ait pu commettre. Je n’ai pas l’expérience de la tromperie, ni de l’escroquerie…