• Nouvelles

    Altitude zéro

    Au début de l’été, la pente que je gravissais ce matin-là n’avait pas la même raideur. Mon chemin quotidien partait d’un petit studio dans le cinquième sans escalier, à deux pas du canard peint sur le mur, rue Lacépède. Puis, une place en étoile de mer. Je la trouvai là, assise à une terrasse, les bras croisés, ou les mains jointes, je ne sais pas très bien. Posé devant elle, à côté d’une tasse fumante, un livre ouvert sur une page arrachée. A ses pieds, un chiffon de papier froissé. Je béquillai jusqu’à elle, activait la pince à sucre que j’avais bricolée et le lui tendit, tenez, c’est à vous,…