• C20F – Raconter une histoire en une phrase

    Et soudain,je vole !

    L’horizon emplit mes poumons d’inquiétudes; l’abîme en dessous aspire mon regard et mes plumes frémissent sur mes ailes déployées : tout mon corps en dedans, mon esprit en dehors, se projettent – la peur me dit : « fuis ton destin », un instant, pour attendre – alors je me jette, d’un bond je tombe et glisse et retombe, chahuté par les vents, d’un côté la falaise et de l’autre la mer, bientôt approche l’écume et soudain, je vole !

  • C16F – Savoir entretenir le suspense

    Théo le magnifique.

    «Théo, c’est mon prénom. J’ai 8 ans. Mon papa m’a expliqué : Théo ça veut dire Dieu en grec. C’était avant, maintenant, il est parti pour toujours. Lui, c’était Alexandre, un conquérant. Maman ne veut plus qu’on parle de mon papa alors je lui écris sur un cahier tous les jours. Maman ne le sait pas…» Un sifflement strident. Magnien tend le bras et attrape la bouilloire. L’odeur du café matinal emplit son bureau au 36 quai des Orfèvres. Une sonnerie. Il referme le cahier et décroche. — Oui, Magnien. Ecoute Leblanc : le gosse est introuvable, ça tu sais. Sa mère est muette comme une carpe, ça aussi tu sais. Son…

  • C8F - Le pastiche et la parodie

    Première goulée.

    Elle ne manque pas d’air. C’est là sa raison d’être. Les suivantes, moins amples, plus régulières, ne donnent qu’un sifflement cadencé, un train-train maîtrisé. Avant la dernière, il est temps d’arrêter si on ne veut pas trépasser. Mais la première goulée ! Goulée? Propulsé dans la goule¹, le mélange détendu s’insinue par l’embout, puis vient frapper la langue du plongeur assoiffé d’aventures. La luette, non moins épargnée , se balance d’avant en arrière, toute secouée par cette première giclée. Elle cristallise tous les désirs : nous délivrer du quotidien, de la routine, alors oui, c’est la jouissance dans le plaisir silencieux, la promesse d’une plongée dans les abîmes à en perdre…

  • C7F - Créer une nouvelle à partir d'une structure d'un texte d'auteur

    La place du mort.

    —Allô ? Paul chéri ? C’est Ann. Je viens d’arriver à Saint Pancras. Dis à Matthew de venir me chercher. Il a l’habitude de circuler dans Londres. —Bonjour, mon amour. Tu ne me laisses même pas le temps de répondre, que tu parles déjà de ton frère jumeau. —Tu ne vas pas recommencer ! Venez tous les deux. Matthew te conduira. La prochaine fois tu prendras le volant. Bon je raccroche, je dois passer la douane. Je vous attends au pied de la Meeting Place Statue. Dis le bien à Matthew. « Elle me prend vraiment pour un demeuré, pense Paul. Le mangeur de grenouille n’est pas capable de se déplacer…

  • C6F - Construire l'intrigue de vos histoires

    Boomerang.

    Paris, au 146 de la rue Henri Martin. Des bruits de talons aiguilles résonnent dans le hall, passent rapidement devant la porte  de Monsieur Gérard, le concierge, puis ralentissent. Montant avec peine les marches de l’escalier monumental en marbre de Carrare, Françoise arrive sur le pallier, soucieuse. Sa claustrophobie lui interdit l’ascenseur, aussi fuit-elle comme la peste métro, train, avion, restaurants bondés et foule en tout genre. Elle tousse. Ce n’est pas de la fatigue, elle est plutôt sportive. Non. C’est comme un pressentiment qui lui coupe le souffle. Son mari, Jean-Charles Gilbert, sera bientôt sous les lumières des projecteurs. Le rendez-vous annuel des prix Goncourt et Renaudot s’ immisce dans…

  • C4F - Le fragment autobiographique

    Morceaux choisis.

    Fragment n° 1 Je suis dans le flot, le flux, le fleuve des gens qui passent : la rue.En direction du centre-ville, sur un poteau, une étiquette « J’existe ». Je souris.Un SDF accroupi sur le trottoir à proximité d’un magasin de luxe me transperce du regard. Ma gêne est perceptible. J’en frissonne. Je réponds à son salut. Je trace ma route, grelottant. Nos destins se sont croisés pendant exactement 5 secondes, moi dans la marée des gens pressés, occupés, lui , à l’écart, immobile, au bord du chemin.Arrivé à proximité de la gare SNCF, j’observe un jeune homme en soutane noire, au crâne rasé, un sac Carrefour au bras pianotant sur…

  • C1F - La nouvelle d'inspiration biographique

    Dont acte.

    Les non-dits, les rancœurs, les souvenirs étouffés et autres casseroles n’attendaient que ce moment pour mettre leur grain de sel dans cette succession réunissant deux familles que tout oppose : ma famille biologique et ma famille d’adoption. Au premier étage d’ un bâtiment haussmannien  , je suivis le notaire qui venait d’ouvrir dans un claquement sinistre la porte austère et froide de la salle de signature. Je fus rejoins par mes sœurs, Sandra et Louise, se sentant obligées de combler le silence en se raclant la gorge à tour de rôle. Puis vinrent les cousins du côté de mon oncle, les Dalton de service, prêts à en découdre avec Axel et…

  • C3F - La nouvelle instant

    Souffles de vent, souffles de vie.

    Entre Crète et Turquie – 30 septembre 2018 Le 60 pieds fonce dans la tempête depuis deux heures. Les murs blanchis à la chaux des maisons du port d’Agios sont loin derrière nous, tout comme l’odeur des étals des marchands à la criée. Le médicane Zorba nous a rattrapé. Marianne est à la barre, moi sur le pont à la manœuvre. Une croisière à deux pour réparer. Merci Hassan de m’avoir prêté ton rafiot, t’en avais marre de tenir la chandelle! Pensant éviter le pire, je fais signe à Marianne de virer cap au nord,. Au lieu de ça, le bateau prend la vague par le travers. Le vent fouette…